Pièces de théâtre de six comédiennes deux pièces disponibles


Pièces de théâtre populaire à lire
Deux pièces pour six femmes sont disponibles. Elles sont désormais éditées.
 présentation six comédiennes


Liens pour acheter (papier 8 euros ou numérique 3,99)

Si vous ne pouvez pas acquérir ce livre en papier ou numérique, il vous suffit de passer par la page contact pour demander une version simplifiée en PDF.

L'auteur vous les enverra et si votre troupe est intéressée vous pourrez les jouer.

Un extrait n'est pas toujours significatif, mais en voici un quand même :

Jocelyne : - Hé Clara, la santé faut la protéger. Mademoiselle a raison : la santé est notre seul vrai capital. Il faut donner des droits aux non-fumeurs.
Clara : - Comme le disait si bien mon cher Jojo : on ne vous fait pas payer la fumée ! On vous l’offre ! Je
vous ai en plus donné une salle, et même chauffée ! Vous voudriez en plus le serveur sur vos genoux ?
Jocelyne : - Tu devrais pas le laisser fumer comme ça, ce n’est qu’un gamin.
Clara : - Un gamin ? Tu l’as pas bien regardé ! Il pourrait sûrement t’en apprendre !
Jocelyne : - Je regarde plus haut que toi ! Regarde ses poumons !
Clara : - J’ai roulé mon premier gris à 12 ans. Tu vois bien que le tabac ça conserve.
Jocelyne : - Ça conserve les sardines en boîtes !
Clara : - Avec des sardines comme toi, le port de Marseille n’est pas prêt d’être bouché !
Pierrette : - Le vent tourne, Clara, bientôt les fumeurs devront respecter notre droit à vivre sans fumée.
Clara : - Sans fumée ! Est-ce qu'on a déjà vu ça ! Ah la la ! Ruinée, je vous dis, ruinée, ils veulent nous ruiner... Allez, je fais les présentations, Claude.
Claude : - Non-fumeuse !
Pierrette : - Pierrette, Pierrette la pipelette, non-fumeuse. (elles se serrent la main)
Jeanne : - Jeanne, Jeannette aime la fête, non-fumeuse. (idem)
Jocelyne : - Jocelyne parfois Joce, toujours et définitivement non-fumeuse. (idem)
Clara : - Heureusement que vous vous rattrapez sur les fines ! Mais si ce gouvernement continue à voler nos clients, je passe la fine au prix de la truffe du Périgord.
Jeanne : - Hé Clara, tu devrais faire de la politique, ça c'est un slogan ! Tu devrais publier un recueil de tes plus belles répliques, je les achèterai tes brèves de comptoir !
Clara : - A la retraite, promis ! Ma p’tit soeur a déjà déposé à la Bibliothèque Nationale le titre des siennes, de mémoires.
Jeanne : - Et qu’est-ce qu’elle devient l’Odette ? Toujours dans l’ombre d’Antonin ?
Clara : - Bah, elle délire toujours aussi grave ! Elle exagère un peu sur les p’tites pilules mais elle reste adorable. On dirait que le temps n’a aucun effet sur elle.
Pierrette : - Elle a une belle vie…
Clara : - Si on veut… Je ne sais pas si j’échangerais ma vie avec la sienne…
Pierrette : - Etre l’amante d’Antonin procure quand même bien des avantages.





Notez votre réaction



Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.